top of page
Pratique de groupe de Tai Chi

Tai Chi

Tai Chi

Art martial lent et interne, discipline ancestrale chinoise, le Tai Chi est devenu une gymnastique populaire favorisant la santé physique et mentale. C’est également l’une des six branches de la médecine chinoise.

Basé sur les principes opposés du Yin et du Yang qui s'assemblent pour s'équilibrer, le Tai-Chi améliore la souplesse, la coordination, l'équilibre, et mise sur la relaxation et la détente.

Ses pratiquants exécutent un enchaînement de mouvements circulaires et continus lents à réaliser dans un ordre précis. La maitrise de la respiration est essentielle dans la pratique du Tai-Chi, les mouvements exécutés debout invitent à la méditation, on pourrait parler de l’art de la méditation en mouvement, intéressant et efficace contre le stress chronique, ainsi qu'une mise en activité harmonieuse du corps permettant de se déverrouiller progressivement.

Le tai-chi combine les avantages de différents exercices comme le yoga, la musculation ou les étirements. Il renforce le bas du corps, améliore la posture, favorise la souplesse, augmente la conscience de la position du corps dans l'espace et améliore la capacité à surmonter les obstacles en marchant. Quatre essais cliniques ont montré que le tai-chi a des effets positifs sur la santé osseuse.

Cette approche corps-esprit est un levier efficient dans la conception d’une santé et bien-être global du salarié avec OXY'being.

Le Tai Chi en entreprise avec OXY'being

Les bienfaits de la pratique du Tai Chi par les salariés sont nombreuses.

  • Les enchainements de mouvements lents, doux, maitrisés et chorégraphiés contribuent au renforcement des muscles et des os: il aide les salariés à tendance sédentaire à se remettre progressivement en mouvement, à reprendre une activité physique en douceur sans abimer les articulations, sans se couper le souffle ni à gérer les crampes et les sudations en entreprise. 4 essais cliniques ont également montré que cet art martial a des effets positifs sur la santé osseuse de ses pratiquants donc constitue une bonne prévention de l'ostéoporose, des risques de fractures de fatigue. Cet activité favorise le réveil et le renforcement progressif des propriocepteurs (récepteurs sensoriels interne, capteurs de nos mouvements) donc contribue à augmenter l'endurance et constitue un moyen de prévention des troubles musculosquelettiques ( TMS) et de l'usure professionnelle avec les mouvements répétitifs et postures sédentaires.

  • De réduire les risques de maladies cardiovasculaires: même si le Tai-chi est une pratique à intensité faible voire modérée, il aurait des bienfaits sur le système cardiovasculaire, au même titre que les activités sportives plus intenses. Les exercices d’intensité plus faible permettent effectivement de soutenir l’effort sur des périodes de temps plus longues. Pratiquer cette discipline permettrait ainsi de réduire les facteurs de risques cardiovasculaires telles que l’hyperlipidémie (= augmentation du taux de lipides dans le sang) ou l’hypertension. Dans ce dernier cas, une étude a observé que 3 séances de Tai-chi hebdomadaires pendant 12 semaines avaient permis de réduire significativement la pression artérielle chez un groupe de 76 personnes souffrant d’hypertension.

  • Une amélioration de son équilibre postural, prévention contre les chutes et les faux mouvements: des études scientifiques menées à ce sujet, et citées par le New York Times, rapportent de nombreux bénéfices au niveau du maintien d’une bonne santé, un meilleur équilibre, et la prévention des chutes. L'exécution des gestes avec une extrême précision tout en maintenant le tronc droit permettrait d’améliorer l'équilibre et de réduire le risque de chute. Ces résultats sont issus d’une étude qui a observé qu’après six mois de pratique régulière, un groupe de personnes âgées voyait son risque de tomber, diminuer de 55% par rapport à un groupe témoin. Une diminution de la peur-même de tomber, ayant un impact direct sur le risque, a été également observée.

  • Amélioration de la qualité de vie des salariés malades ou sortant de maladie: il aurait ainsi des effets positifs sur la fatigue, les fonctions immunitaires, le niveau de cortisol (= hormone du stress), et donc sur la qualité de vie des personnes

  • De soulager les douleurs: les mouvements impliqués dans le tai-chi minimisent le stress sur d’éventuelles zones douloureuses et, en améliorant la circulation, favorisent le soulagement et la guérison. La pratique régulière du Tai-chi permettrait, selon deux études publiées en 2008 et en 2010, de réduire les douleurs liées à l’arthrose. Plus de 150 personnes souffrant d’arthrose ont suivi des séances de Tai chi pendant 8 semaines. A l’issue des 8 semaines, les participants ont reconnu une diminution modérée de la douleur et de la raideur, ainsi qu’un sentiment accru de bien-être. D’autres études précisent l’efficacité du Tai-chi dans le cas spécifique de l’arthrose du genou. En effet, il permettrait de soulager efficacement la douleur liée à l’arthrose du genou et d’améliorer la capacité physique de ceux qui le pratiquent.

  • Une amélioration de la capacité aérobie: en fonction de la vitesse et l’amplitude des mouvements, le Tai-chi peut permettre d’améliorer la quantité maximale d’oxygène que l’organisme peut prélever dans l’air et consommer des personnes qui le pratiquent. Des résultats positifs ont surtout été observé chez les personnes initialement sédentaires.

  • Lutter contre la dépression, l’anxiété et le stress donc contribue à la prévention des risques psychosociaux (RPS): il met l’accent sur la concentration mentale, l’équilibre physique, le relâchement des muscles et la respiration. De fait, elle peut se révéler efficace dans la prévention de certains troubles psychologiques (diminution du niveau de cortisol), des troubles de l’humeur ou de l’estime de soi, des améliorations ont été constatées chez certains sujets dans différentes études.

  • De stimuler la mémoire: une étude a observé pendant 8 mois qu’une pratique régulière du Tai-chi augmenterait la taille de l’hippocampe (= structure du cerveau qui joue un rôle primordial dans la mémoire) et améliorerait les capacités cognitives. Réciproquement, une diminution de la taille de l’hippocampe dans le groupe témoin a été constatée. De manière générale, la pratique d’une activité physique permettrait de prévenir le vieillissement du cerveau et le risque d’être atteint d’Alzheimer ou d’autres dégénérescences neuronales.

  • De favoriser le sommeil: les personnes qui souffrent de troubles modérés du sommeil pourraient les voir s’améliorer grâce au Tai-chi. L'étude publiée en 2004 portant sur 118 hommes et femmes âgés de 60 à 92 ans ont suivi 3 fois par semaine une heure de Tai-chi ou de relaxation pendant 6 mois. Les participants du groupe de Tai-chi ont constaté une diminution du temps d’endormissement ainsi qu’une augmentation de la durée de sommeil, en comparaison avec le groupe de relaxation.

Après quelques mois de pratique accompagnée et supervisée avec le professeur de Tai Chi définit en fonction de vos besoins avec OXY'being, les salariés peuvent eux-mêmes mettre en place un rituel bien-être des enchainements Tai Chi dans leur journée pour développer la puissance corporelle et mieux utiliser l'énergie comme support afin de ressentir mieux-être global psychologiquement, physiquement et mentalement dans le temps.

bottom of page